Paésine

Promenade imaginaire interactive à l’intérieur d’une Paésine
(Pierre ruinique de Toscane de 14 x 4 cm ).

Installation réalisée à l’aide d’une tablette et d’une vidéo projection de 220 x 120 cm – 2013
La tablette donne la possibilité d’orienter la pierre, de l’agrandir et de séparer ses différentes strates. Le public voyage dans ce paysage fantastique naturel agrandi plus de 200 fois.

Projection de la Paésine – 220 x 120 cm

paesine-2

Séparation des states de la Paésine à la manière du plateau d’un théâtre avec ses découvertes.- 220 x 120 cm

Photo #3: L’installation en action
Photos #4 et #5: La Paésine – 14 x 4 cm

À travers le monde des pierres, les humanistes de la Renaissance abordaient une matière qu’ils pouvaient lire sans en posséder la science. Pour cela ils faisaient construire des meubles spéciaux, les cabinets, ornés de pierres remarquables. C’était une première approche de la géologie, à une époque où ce nom n’existait pas encore et où la connaissance se satisfaisait de ce qui était plaisant à l’oeil.
Des peintres se servaient parfois du graphisme des pierres comme d’un décor qu’ils peuplaient de personnages. Plus récemment, André Breton et les surréalistes, ou encore l’écrivain Caillois, s’y sont également intéressés.
«Si tu regardes des murs souillés de beaucoup de taches, ou faits de pierres multicolores, avec l’idée d’imaginer quelque scène, tu y trouveras l’analogie de paysages au décors de montagnes, rivières, rochers, arbres, plaines, larges vallées et collines de toute sorte. Tu pourras y voir aussi des batailles et des figures aux gestes vifs et d’étranges visages et costumes et une infinité de choses, que tu pourras ramener à une forme nette et compléter » Léonard de Vinci, Traité de peinture.

Tout comme les pierres à rêver, les paésines étaient choisies pour leur capacité à refléter le monde et étaient utilisées pour exercer l’oeil. Car plus on l’aiguise, plus on devient conscient de l’esthétique dans la représentation de la nature.

Ce calcaire fissuré a subi l’infiltration d’une eau riche en sels minéraux, dont les dessins offrent une profondeur et des reliefs exceptionnels. Reconnu pour son caractère ruiniforme, ce type de pierre permet à l’oeil de voyager à travers des monts et des plaines, de passer devant des châteaux ou des villes dévastées, de longer des rivages et de s’évader hors du temps et de l’espace.
Mais si les dessins sont dans la pierre, la figuration, elle, est dans la tête de qui prend le temps de la contempler. Ici, le paysage contenu dans une pierre de 14 x 4 cm a été transposé sur un écran de 2 x 1m. Scindées en six plans différents, ses perspectives permettent alors des voyages dignes d’une quête fantastique. C’est la disproportion entre la surface de l’écran et la taille de la pierre, ainsi que la promenade imaginaire que nous offre cette dernière, qui nous fait prendre conscience de la relativité du temps et de l’espace. Plongé au coeur de la pierre paysage, le spectateur s’enfonce dans la matière pour découvrir différents chemins. Plusieurs lectures sont possibles, et aucune n’est fausse.
Aujourd’hui, notre rythme de vie ne nous laisse plus le temps de contempler la nature et d’en appréhender les signes. Le virtuel, quant à lui, nous inonde d’images et brouille encore davantage notre vision de la réalité. Dans cette création, il est mis pour une fois au service du réel, afin de nous permettre de voir dans l’infiniment petit de vastes mondes microscopiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s