Exposition au Palais de Tokyo

UNE EXPOSITION DEDIEE AUX DIORAMAS AU PALAIS DE TOKYO

À l’été 2017, le Palais de Tokyo invite, avec Dioramas, à découvrir une source d’inspiration inattendue des artistes contemporains : le diorama. L’exposition déconstruit de manière inédite l’histoire du regard, au croisement de l’histoire, de l’histoire de l’art, du cinéma, du monde de la scène, des arts populaires et forains et de l’histoire des sciences et techniques.

PdT 2017-Dioramas-160Vue de l’exposition « DIORAMAS »,  Palais de Tokyo (14.06 – 10.09.2017
Photo : Aurélien Mole

DEUX ŒUVRES DE JEAN PAUL FAVAND PRESENTEES AU PALAIS DE TOKYO

Jean Paul Favand a été invité à présenter deux de ses œuvres, Naguère Daguerre 1 et Naguère Daguerre 3 dans le cadre de cette exposition. Il s’agit de mises en scènes lumineuses et numériques sur des toiles bifaces du XIXème siècle provenant d’un théâtre mécanique forain.

Les toiles utilisées se basent sur un procédé inventé par Daguerre, qui éclairant successivement les deux faces peintes créait de véritables spectacles d’illusions et donnait l’impression du mouvement.

NAGUERE DAGUERRE 1 ET 3, DES ŒUVRES CONTEMPORAINES

Jean Paul Favand utilise ces toiles anciennes comme support à une création contemporaine ; ayant recours pour son travail d’installation lumineuse à des outils de lumière multiples à la fois anciens et modernes.

Dans Naguère Daguerre 1, la baie de Naples vue de jour passe à la nuit. Jean Paul Favand recréée les métamorphoses de la toile et révèle l’éruption du Vésuve.

Vue de l’exposition « Dioramas »,  Palais de Tokyo (14.06 – 10.09.2017)
Jean Paul Favand, Naguère Daguerre 1, 2012
Toile peinte du XIXe siècle et création numérique, 270 x 410 cm
Courtesy de l’artiste
Photo : Aurélien Mole

Ce scénario a été rendu possible par la technique de Jean Paul Favand : un travail de création qui repose sur la multiplication des sources lumineuses et des technologies. Il combine ainsi projecteurs LED, vidéo projecteurs et flambeaux pour servir son scénario :

DSC_3528Détail de l’installation lumineuse pour Naguère Daguerre 1

Selon la méthode de Jean Paul Favand, les LEDs sont utilisées pour la puissance de leur éclairage qui traverse les couches de pigments pour révéler les détails invisibles à l’œil nu. Les vidéoprojecteurs, quant à eux, permettent un détourage précis récréant une éruption progressive du Vésuve en faisant jaillir la lave du volcan. Enfin, les flambeaux apportent une chaleur à cette composition et un chatoiement qui donne vie aux flammes et aux panaches de fumée.

GIF FLAMBEAU
Principe des flambeaux

Sur le même principe dans Naguère Daguerre 3, le pont de Brooklyn apparaît soudainement au-dessus de l’East river grâce à un habile changement d’éclairage qui  accentue l’aspect dramatique de la scène.

Vue de l’exposition « Dioramas »,  Palais de Tokyo (14.06 – 10.09.2017)
Jean Paul Favand, Naguère Daguerre 3, 2015
Toile peinte du XIXème siècle, installation et scénographie lumineuse, 270 x 410 cm
Photo : Aurélien Mole

Ces deux œuvres sont à découvrir au Palais de Tokyo à l’occasion de l’exposition Dioramas, du 14 Juin au 10 septembre 2017.

http://www.palaisdetokyo.com/fr/evenement/dioramas

Publicités